L’évolution de la méthode traditionnelle à la méthode numérique


Depuis quelques années, plusieurs logiciels informatiques se sont spécialisés dans le développement d’un support de bande rythmo numérique. Une démonstration de ce type de dispositif sera faite au cours des séances de doublage qui se tiendront à la Cinémathèque de Nice.


Le directeur artistique / directeur de plateau


Le directeur de plateau est le responsable artistique du doublage sur le plateau d'enregistrement.

Il doit avoir consulté l'adaptateur et vérifié le texte avec lui afin qu'il n'y ait pas de malentendu.

Il a souvent la responsabilité de choisir les comédiens français. Attention cependant, il n'est pas rare que les clients imposent des comédiens, soit parce que le comédien en question double tel acteur américain de façon suivie, soit quand il s'agit d'une série: dans ce cas, le directeur de plateau convoque plusieurs comédiens français qui passent un essai anonyme sur quelques phrases. Le client (souvent la chaîne) devra choisir entre plusieurs voix pour le même personnage.

Le directeur de plateau est aussi chargé de convoquer les comédiens pour le jour de l'enregistrement.

Lors de l'enregistrement, c'est lui qui dirige les comédiens. Il doit leur parler du rôle, leur raconter le film ou l'épisode de la série. C'est lui qui devra juger si l'enregistrement d'une scène est convenable ou non, d'un point de vue artistique, et si le comédien doit recommencer sa prise.

Enfin, le directeur de plateau doit s'assurer que l'ensemble des scènes du film ont bien été doublées!


Les comédiens


Le comédien doit interpréter le texte français qui défile sous un grand écran où le film passe synchronisé avec la bande rythmo.

Ce travail demande une très grande concentration et une habitude de la technique du doublage.

En effet, on demande au comédien de doublage d'être un bon interprète, d'être synchrone, de bien placer sa voix, d'avoir un rythme modulable qui changera en fonction du rythme du comédien de la version originale.

Et tout cela, bien entendu, du premier coup ! Autrefois, les comédiens avaient le temps de voir la scène plusieurs fois, de la répéter, puis de l'enregistrer.

A l'heure actuelle, où il faut aller vite afin de réduire les coûts, les comédiens n'ont plus le droit à l'erreur.


L'ingénieur du son


L'ingénieur du son s'occupe de la partie technique de l'enregistrement.

Il est derrière la console, à côté du directeur de plateau, et c'est lui qui manipule les différentes commandes: celle du défilement de l'image et de la rythmo, les nombreuses commandes qui lui permettent de travailler la voix du comédien.

C'est aussi lui qui règle les micros, change leur direction en fonction de la scène, et donne des indications au comédien pour mettre sa voix en valeur.


Le monteur


Il intervient après l'enregistrement. Il est chargé de contrôler le synchronisme de l'image et des dialogues.

Là où il y a des décalages, il doit monter la bande son afin de les supprimer.

Il arrive que le comédien ait parlé un peu trop vite, auquel cas il faudra ajouter une respiration dans sa phrase.

Inversement, sur une phrase trop lente, le monteur devra estimer où il doit couper.




Dossier réalisé par Vanessa Bertran

Auteur adaptatrice




Télécharger le dossier en pdf






Les différentes professions



Le détecteur


Il doit reporter le texte original sur une bande plastifiée de 35 millimètres qui défile de façon synchrone avec l'image.

Il note ce texte à la main, au crayon à papier, ce qui lui permet d'allonger plus ou moins les voyelles ou consonnes en fonction de l'articulation du comédien.

Au-dessus ou au-dessous du texte qui est ainsi placé très exactement sur la "bande mère", sont notés des signes qui correspondent aux ouvertures et fermetures de la bouche du comédien.

L'adaptateur saura donc précisément, au 25ième de seconde près, quand il doit faire démarrer et finir son texte, et à quel endroit il doit placer une lettre labiale (qui provoque la fermeture des lèvres, comme les lettres "m", "p" et "b").
Ce travail est très important et sert à préparer celui de l'adaptateur.

La qualité de la détection sera déterminante pour la suite du doublage.


L'adaptateur


L'adaptateur, aussi appelé le dialoguiste ou abusivement "le traducteur", écrit le texte de la version française. Il part d'une copie vidéo du film, du script et de la "bande-mère" qui comporte la détection. L'adaptation doit tenir compte de plusieurs paramètres.

La fidélité au texte d'origine: S'il n'est pas obligatoire d'être bilingue, il faut avoir une bonne maîtrise de la langue d'origine, à moins qu'on fournisse une traduction du script à l'adaptateur, ce qui arrive pour les langues rares.

Le synchronisme: l'adaptateur doit faire très attention à la longueur de la phrase, mais aussi aux mouvements des lèvres, à certaines ouvertures très marquées, aux respirations du comédien. Il reporte son texte français sous celui du détecteur. Normalement, les emplacements des textes doivent coïncider sur la bande-mère quant aux labiales.

La maîtrise du français est indispensable. En effet, quoi de plus désagréable que d'entendre une faute de français à la télévision? En revanche, il arrive parfois de devoir glisser une faute parce que le dialogue anglais en comporte une. Mais il est vrai que le doublage français a tendance à gommer ce genre de choses. Beaucoup de gens accusent les V.F. d'être plates, de ne pas assez faire ressortir la particularité des dialogues originaux, notamment en ce qui concerne les niveaux de langue. Par exemple, une princesse et un clochard n'auront pas le même genre de vocabulaire. Il revient au dialoguiste de savoir donner une couleur aux dialogues de l'un et de l'autre.

Malheureusement, certains clients souhaitent que les VF ne comportent aucun juron, aucune insulte, voire aucune marque, ce qui contribue à appauvrir les textes, au grand dam des auteurs!

Le phrasé qui doit tenir compte du jeu du comédien: chaque comédien a son rythme d'articulation, mais aussi son style de jeu. L'adaptateur doit en tenir compte et ne pas écrire un texte "dans l'absolu", mais bien au contraire "sur mesure" pour le comédien, afin que son texte français ait l'air de sortir de la bouche du comédien américain.


Le calligraphe / responsable de la frappe


Le calligraphe travaille sur la bande-mère complétée par l'adaptateur. Il doit décalquer le texte français sur une bande transparente qu'on appelle la "bande rythmo".

Le calligraphe doit avoir une belle écriture lisible car c'est la bande rythmo qui sera projetée aux comédiens sur le plateau. Cette étape est importante car on imagine mal les comédiens lire directement la bande-mère qui contient des informations dont ils n'ont pas à se préoccuper (notamment les indications du détecteur). Sur une bande rythmo, le texte est clair, net, et prêt à être interprété.

La frappe est une étape souvent associée à la calligraphie. Il s'agit de taper tout le texte français sur ordinateur afin d'en avoir une version papier. La frappe est soit faite à partir de la bande rythmo, soit à partir de la bande-mère ce qui est moins aisé.


Le mixeur


Le mixeur doit mélanger les différentes pistes sonores: la ou les pistes qui comportent les dialogues français et la "version internationale" sur laquelle se trouvent les musiques et les bruitages.

Il s'occupe de moduler les niveaux sonores de l'enregistrement.